• LES ROCHES MARQUEES de la forêt dite de Villemanoche

     

      à la recherche des "roches marquées" de la forêt de Villemanoche

    avec Pierre Glaizal, historien et  Alain Villes , préhistorien

      (journée Musiques en Voûtes 31 aout 2013)

     

    Rdo7def def

     

    Lors de cette balade guidée vers les polissoirs du Haut Pays de Villemanoche, c'était la quatrième fois depuis le début de l'année 2013 qu'un groupe était invité à se pencher sur les deux plus singulières Rdo 15de ces roches marquées : la roche aux 27 traces et celle aux 7 rainures, toutes deux dans le bois de Galla. C'était rando1aussi au moins la vingtième fois depuis leur mise au jour en décembre 2002 par Marc Degaine.

    Il est important en effet de faire visiter régulièrement ces lieux : les blocs de grès qui portent ces rainures et ces cuvettes pratiquées par les hommes du Néolithique - il y a de cela 3500 à 5000 ans – se situent tous en forêt, et pour cela se recouvrent rapidement de feuilles mortes. Qu'on les délaisse ne serait-ce qu'une année complète, et c'est une fine couche de terreau qui en dissimulera le secret.

    De même, le sentier presque imperceptible qui y conduit ne demande qu'à s'effacer automne après automne.Rdo5 def

    Mais, aussi important sinon plus que la fréquentation de ces lieux, le partage des impressions ressenties par ceux qui les découvrent.Villemanoche Galla polissoir 27 traces côté gauche

    Songeons qu'en 1878 l'instituteur du village de Villemanoche, Jules-Adolphe Tavoillot, écrivait « L’une de ces roches portait, me dit un carrier, les empreintes d’une main, probablement, si le fait est vrai, quelques traces d’animaux antédiluviens ». La roche à l'empreinte de main dont parlait le carrier est peut-être une de celles retrouvées en 2002 : il s'agirait alors d'une main de géant, comme sur la Pierre aux Dix Doigts de Villemaur-sur-Vanne, marquée, dit la légende, par les deux mains de saint Flavit.Villemanoche Galla tête de mort

    C'est en tout cas ce qu'on peut voir sur les deux roches les plus remarquables du bois de Galla : de longues traces en éventail, dont on a du mal à imaginer qu'elles ne sont que le produit du polissage de centaines de haches en silex. L'archéologue et historien Alain Villes, dont c'était le premier contact  avec ces sites, a aussitôt relevé l'importance du décor environnant, à commencer par le bloc en forme de crâne, à une dizaine de mètres, et dont les orbites vides semblent fixer la roche aux 27 traces.  Plus encore, il a fait observer que l'ensemble du décor de la roche en question, avec ses deux séries de traces de part et d'autre d'une cavité formant siège, évoquaient certaines statues préhistoriques de déesses-mères assises, les deux mains appuyVillemanoche Galla 27 tracesées non sur des roches mais sur des têtes de fauves.

    Les hommes ne seraient donc pas venus ici uniquement pour polir leurs haches. Les habitats néolithiques se situent en effet beaucoup trop loin de là, bien en retrait sur les terres arables du plateau, en bas des coteaux ou dans la plaine  de l'Yonne, sur des sites où l'on a découvert des polissoirs portatifs suffisants pour réaliser un polissage correct sans avoir à se déplacer sur plusieurs kilomètres.

     

    Non, les belles roches des bois de Galla, situées dans une zone impropre à la culture, à l'élevage et même à l'habitat, étaient probablement autre chose que des ateliers : plutôt de véritables monuments auprès desquels les gens se rassemblaient pour des raisons qui nous échappent en grande partie aujourd'hui, mais certainement en rapport avec leurs croyances, celles d'une population d'agriculteurs et de pasteurs, au mode de vie pas si éloigné de celui des paysans du Moyen-Âge.

     

    Raison de plus pour demander, ce que préconise Alain Villes, leur inscription au titre des monuments historiques.

    Pierre Glaizal 4 septembre 2013

    Voir aussi l'article de Pierre sur les polissoirs du canton de Pont sur Yonne
    Bibliographie de Pierre Glaizal

    Remerciements à Jean Michel Lecomte pour les photos

    menhirs3red

    dolmen2red

     

     



  • Commentaires

    1
    LANG
    Jeudi 29 Juin à 13:40

    Bonjour,

     

    Mon mari devait recontacter Alain Villes à propos d'étude d'un site archéologique néolithique  suite à notre rencontre lors de la présentation du livre sur la cathédrale d'Orléans  mais nous avons malheureusement égaré ses coordonnées.

    Pourriez-vous svp lui transmettre notre message et lui communiquer notre mail : c.lang.moulinetang@gmail.com de la part de Jean-Marie LANG, tél ; 06 22 09 80 86.

     

    Merci pour votre comprréhension ! Bien cordialement : Jean-Marie et Christine LANG à Olivet (45160)

    2
    LANG
    Jeudi 29 Juin à 13:41

    quelqu'un pourrait-il nous remettre en contact avec Alain Villes qui avait commencé une étude de pointes de flèches néolithiques ? Merci d'avance, Jean-Marie LANG

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :