• LA RIVIERE - Histoire du halage

     

    La rivière - Le chemin de halage

     Scène de halage-restitution graphique de la vie au temps des Gaulois, aquarelle de Jean-Claude Golvin (1)

     

    Les chemins de halage constituent l’héritage d’un passé révolu. Ils sont formés des pistes ou voies situées le long de la berge d’une rivière ou d’un canal navigable.

    La rivière - Le chemin de halage

    Fragment d'un monument funéraire avec scène de halage sur la Durance (gallo-romain)

     Le halage est un très ancien mode de traction des bateaux fluviaux qui consistait à tirer le chaland depuis la berge au moyen d’une longue corde. Le halage pouvait être humain ou animal. Longtemps, la traction des chalands a été le seul moyen de remonter les rivières. Ce système a totalement disparu sur les rivières françaises au milieu des années 1960.

     

    La rivière - Le chemin de halage

    Remontée d'une barque halée à bras d'homme sur la Garonne vers 1830

    litho de Léger d'après Gustave de Galard - Archives municipales de bordeaux

     

     Le halage à col d'homme, travail de galère, salaire de misère.

     

    LA RIVIERE - Histoire du halage

    toile de Honoré Daumier environ 1850  - musée d'Orsay -

    Avant la généralisation de l'automoteur, le halage était le seul système de déplacement des péniches. Le halage humain fut le plus utilisé jusque vers les années 1920. Il était plus économique que la traction animale. Le travail de halage à col d'homme s'appelait «faire la bricole» (2)

     

    La rivière - Le chemin de halage
     La pression s'exerçait à l'aide de cordes, nommées "fintreilles ou sangles de poitrine, en chanvre ou en cuir" et une sorte de harnais qui donnaient aux "haleurs" une position et des gestes particuliers.  L'homme à l'avant du bateau sur le plat bord dirigeait la péniche et participait à l'aide de sa perche à la propulsion. Il était fréquent que la femme et les enfants du marinier effectuent cette lourde tâche, parfois jusqu'à 12 h par jour à une vitesse de l'ordre de 2 km à l'heure. 

     

    La rivière - Le chemin de halage

     

    La rivière - Le chemin de halage

    Telemaco Signorini (1835-1901) Scène de halage -huile sur toile -1864 -  

      

    La rivière - Le chemin de halage

        
     

      Et les chevaux entrent en scène !

     

    La rivière - Le chemin de halage

     

     Jusqu'en 1960 on rencontrait encore des péniches halées par des chevaux. La traction animale nécessitait au moins deux hommes, l'un à la barre, l'autre conduisant les chevaux (les mulets, les ânes ou même les bœufs dans certaines régions) qu'il fallait acheter ou louer, nourrir et entretenir en les logeant à bord. Les ardennais, et les boulonnais étaient les chevaux les plus utilisés en raison de leur force. Le charretier, ou l’épouse du  marinier, conduisait les animaux sur le chemin. 

     

    La rivière - Le chemin de halage

     La rivière - Le chemin de halage

     


     

     

     

     

     

    La rivière - Le chemin de halage

    La rivière - Le chemin de halage

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une écurie était aménagée pour la nuit à l’arrière du bateau qui servait le jour d’aire de
    jeux aux enfants en bas âge. Aux abords des écluses, les équipages pouvait se relayer. Les écluses marquaient pour les hommes des temps de repos, de nourriture et de
    rencontre où l'on pouvait "écluser" quelques verres de vin pour se donner du courage.


    La rivière - Le chemin de halage

     

    Le développement de la propulsion motorisée supplanta les tractions humaines et animales et les chemins de halage ne furent plus d’aucune utilité pour la navigation fluviale. Au cours des dernières années néanmoins, un certain nombre de chemins de halage ont trouvé une nouvelle vocation, puisqu’ils ont été réaménagés pour le tourisme et le loisir.

    La rivière - histoire du halage

     Il n'y a plus de haleurs de passage à Pont-sur-Yonne depuis longtemps... le chemin bordant l'Yonne sur la rive droite continue d'être appelé "chemin de halage". Il est devenu, entre Pont, Serbonnes et jusqu'à Courlon, un chemin de Grande Randonnée, (le GR 11 F), un lieu de "baguenaude" exceptionnel pour les promeneurs de la région où l'on rencontre toutes sortes d'oiseaux, des embarcations de tout gabarit, de la barque de pêcheurs à la péniche au bateau de tourisme. On y accède à pied depuis le village, il suffit de passer le grand pont de fer pour arriver sur le chemin qui  longe la rivière large et tranquille, où la lumière est belle jusqu'au coucher du soleil. Pour que les familles puissent s'y promener en toute sécurité il reste à faire respecter l'interdiction de circuler à tous les engins à moteur ...et ceci est une autre affaire !

    La rivière - histoire du halage

      voir l'article "il suffit de passer la pont"

     (1)Jean-Claude Golvin né en 1942 est architecte , archéologue, chercheur au CNRS  de Bordeaux et aquarelliste. Ses œuvres  sont visibles au Musée Départemental d'Arles-Antique.

     (2) La bricole était une sorte de harnais que le haleur portait à son épaule . il était relié à un câble à la mi-hauteur du mât du bateau.. les haleurs marchaient le corps penché en avant afin d'obtenir le rendement maximum. On les appelait les "ramasseurs de persil".

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gadjo
    Dimanche 17 Mai 2015 à 11:35

    Un grand merci pour  cet article fort bien documenté

    2
    Dimanche 17 Mai 2015 à 12:12

    Bonjour

    Bravo pour cet article, il me rappelle ma jeunesse et le chemin de halage de Sens.

    J' avais vu une péniche tirée par un tracteur.

    Paulo

    3
    Charmoy Paul
    Dimanche 17 Mai 2015 à 18:50

    Très beau reportage bien documenté   Merci    Paul charmoy

    4
    Miaou
    Lundi 18 Mai 2015 à 12:48

    Beau voyage encore au fil de notre belle rivière Yonne. Transports au fil de l'eau que mes souvenirs d'enfant sobnt empreints.  L'admiration que je portais alors aux hommes et aux bêtes capables d'un si dur labeur est intacte.


    Le choix iconographique de l'article est particulièrement soigné.


    Bravo, encore bravo !


     

    5
    Lundi 18 Mai 2015 à 18:27

    A pied ou à vélo, nous apprécions toujours les promenades sur les anciens chemins de halage.

    A bientôt,

    Intempéries et détours

    6
    joelle gruel
    Jeudi 21 Mai 2015 à 13:10

    article très sympa :)

    7
    jemihele
    Jeudi 4 Juin 2015 à 20:10

    Superbes photos et bien documenté.

    8
    COCHARD ALAIN
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 09:31

    {  Projets fête de l'eau } Tél 06 62 28 43 74

    9
    hairie
    Mercredi 9 Décembre 2015 à 19:12

    J'ai vu une photo (carte postale) d'un bateau chargé de chevaux de halage, qui se préparait à les redescendre à leur point de départ. Je suis incapable de la retrouver!

    Pouvez-vous m'aider? Merci!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :