• La roche marquée du bois de Champigny-sur-Yonne

     

    NE GATE RIEN DIEU VOUS VOIT

     

     

    Notice rédigée le 23 février 2015 par Jean Ygnard

    concernant "La Roche Marquée" de Champigny-sur-Yonne

     

    Elle est située dans les bois de Champigny-sur-Yonne, à l'écart des chemins, au lieu-dit « La Roche Marquée ». Elle est accessible par le chemin du même nom ou en coupant à travers bois. Suivant la saison ou l'état des coupes, il est plus ou moins difficile de la retrouver car elle se présente sous l'aspect d'une grande dalle de grès (Stampien) affleurant le sol et peu inclinée vers W-NW (au 290)

    Elle  porte des inscriptions du XVIIIème siècle dont voici le texte :

    roche marquéeP1220894

    Les feuilles des arbres la recouvrent chaque automne et la mousse a tendance à s'incruster dans les lettres gravées. 

    D'autres blocs de grès sont dispersés dans cette partie des bois.

     Les lettres, bien calibrées, mesurent environ 9cm de haut. L'orthographe peut surprendre mais n'oublions pas qu'au XVIIIème siècle, il n'est pas encore vraiment fixé.
    Certains N sont inversés, quelques U sont incomplets (?) mais l'ensemble est homogène et soigné en caractères majuscules d'imprimerie à quelques exceptions près.

    Le texte est partagé en 2 groupes pour s'adapter à la configuration de la dalle, celle-ci présentant une bosse sur la droite peu propice à la gravure d'un texte.
    La longueur des lignes a visiblement été calculée avant la gravure pour utiliser l'espace au mieux.

    Une croix sur socle est gravée au début de la 2ème partie du texte. Une légende locale raconte que le texte aurait été gravé par un berger. Celui-ci ne sachant pas écrire, c'est le curé du village qui lui aurait appris les lettres une par une chaque dimanche...

    L'auteur a laissé son nom Jacques PINON et une date précieuse : 1776.
    Il se met sous la protection de Dieu et de son saint patron.

     

    roche marquée1P1220853

     

     Ce nom de famille se retrouve dans les signataires du Cahier de Doléances de Champigny en 1789. S'agit-il de la même personne ? Cela  laisserait supposer que l'auteur du texte de la « Roche Marquée » était sans doute un notable sachant lire et écrire.

     A ce jour, aucune autre roche écrite n'a été découverte dans le canton.
    On y trouve par contre plusieurs beaux polissoirs préhistoriques intéressants.

     

    Quelques recommandations : la « Roche Marquée » se trouve en terrain privé, respectons les bois …. comme nous le recommande Jacques Pinon depuis plus de deux siècles !
    Ne piétinons pas la zone écrite pour ne pas abîmer les caractères déjà très exposés aux intempéries.
    Ne surbalisons pas l'accès au site
    afin qu'aucune dégradation ne vienne irrémédiablement altérer ce témoignage historique original.

     

    Toutes nouvelles informations ou remarques sur ce sujet seront les bienvenues.

    Tous mes remerciements au Père Péoch () et à MM. André Fouet () , Robert Vermillet (),  Etienne Guay (), Marcel Courtial et Jacques Limoges pour leur aide précieuse.

     

       roche marquée5

     

    roche marquée25P1220855

     

    roche marquée3P1220856

     

    Note de Jean Ygnard  en complément de la notice ci-dessus 

    Je ne suis pas l'"inventeur " de cette roche. C'est après avoir lu le  livre du Chanoine P. Mégnien * que j'ai tenté de la  localiser. Avec l'aide des personnes citées dans les remerciements, j'ai pu la retrouver puis avec Jacques Limoges nous l'avons nettoyée et photographiée en 1983. A cette époque,  recouverte de feuilles et de mousses il avait été difficile de la distinguer dans les bois moins pénétrables qu'actuellement.

     

      * Un village du Sénonais, Champigny-sur-Yonne, hier et aujourd'hui . Chanoine P. Mégnien
           ed. Le Presbytère  1970.

     

    Nous remercions Jean et Monique Ygnard pour cet émouvant témoignage.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Mars 2015 à 16:36

    Bonjour

    merci pour cet article intéressant .

    Pour moi il plane un mystère de cette pierre gravée, je ne peut m' empêcher de penser  à l 'affaire de Rennes-le-Château. La stèle de dame de Hautpoul.

    Cette pierre est elle chiffrée ?

    JP

    http://leblogdepaulo.eklablog.com/rennes-le-chateau-11-a91411633

     

    2
    ygnard
    Mercredi 4 Mars 2015 à 19:25

    Chiffrée ?

    C'est à dire  ???

    Le rapport avec Rennes le Chateau m'échappe, peut-être par manque de connaissance du sujet ?

    3
    Mercredi 4 Mars 2015 à 20:34

    Bonsoir à Ygnard

     

    C ' est l' histoire de l' Abbé Sauniere curé de Rennes le Château , histoire troublante qui débute avec une pierre tombale.

    Il n' y à peut être rien au sujet de la pierre de Champigny , mais sa présence n' est pas courante.

    Bonne soirée

    JP

    4
    ygnard
    Jeudi 5 Mars 2015 à 09:17

    La Roche Marquée de Champigny ne me paraît pas appartenir au genre stèle funéraire .

    Mais elle porte sans doute sa part de mystère.

    Pourquoi apporter tant de soin à marquer un bois sur un terrain si peu propice .... querelle de propriétaires ou autre chose de plus complexe ?

    Une étude plus approfondie que la mienne, pourrait peut-être apporter un nouvel éclairage.

    à suivre.....

    5
    Jeudi 5 Mars 2015 à 09:55

    Je suis entièrement d' accord avec vous ,

    Gâter quoi ?

    Bonne journée

    JP

     

     

    6
    Rafa
    Dimanche 8 Mars 2015 à 20:13

    Je suis bien contente de lire ce beau complément sur la roche marquée! Il manquait à notre blog. Merci Jean.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    bestof
    Samedi 14 Mars 2015 à 11:22

    Bonjour, actuellement en cours de préparation d'une course pédestre nature dans les bois de Champigny, j'avais déjà intitulé " la course de la roche marquée", joli nom repris des cartes officielles sans connaitre la raison de cette appellation; la lettre du blog ASEPA m'en procure les tenants et aboutissants; bien sur, cette course ne saurait  passer à cet endroit que je ne localise pas et en aucun cas ne "gâter quoi que ce soit" des bois environnants; je remercie les campestriens de leur implication pour le village, de leurs témoignages et l'ASEPA pour ces articles de l a vie locale; bien à vous

     

    Christophe

    8
    ASEPA
    Lundi 16 Mars 2015 à 22:34

    QQUES REFLEXIONS QUE NOUS A AIMABLEMENT TRANSMIS JEAN YGNARD


    J'ai appris que Mr Courtial à Champigny (mémoires de campestriens) a entrepris d'explorer les cahiers paroissiaux de cette période, suite à l'article paru sur votre blog !
    Il aurait trouvé un Jacques Pinon en 1758, berger de son état et  sachant signer ..... oh  oh ! L'histoire rattraperait-elle la légende ? mais soyons prudents, le prénom se transmettait souvent sur plusieurs générations....

    Une des questions que je me  pose : pourquoi avoir fait cet énorme travail de marquage.... (St Jacques et ...St Antoine, Help !) conflit de bornage, malandrins trainant bois et pâtures, mauvais voisin ayant causé un dommage  ....? S'il y a eu querelle de bornage, on pourrait peut-être en retrouver les traces dans des rapports de justice ?

    Il existe en Savoie  de nombreux endroits dans les hauts alpages où les bergers ont laissé leurs noms  soigneusement écrits sur des roches mais je n'ai pas connaissance de textes aussi longs; ça se limite parfois aux initiales avec une croix et une date qui se situe au  XIXème siècle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :