• L'éolienne de LA POSTOLLE

     

     Texte rédigé par Daniel LAPÔTRE pour fêter le centenaire de  l'éolienne .

    La Postolle en ces années 1895-1900 compte plus de 270 habitants. Cette population recherche un moyen moderne , économique et pratique pour résoudre ses problèmes d'eau. Les animaux vont s'abreuver aux 5 mares.  Les personnes puisent l'eau dans les puits communaux ou dans les mitoyens creusés entre deux propriétés. D'autres ont construit des citernes pour les eaux de pluies souvent contaminées par les eaux vannes. Les femmes se plaignent de ne pouvoir assurer les grandes lessives de saison au village. Elles vont à la mare ou au lavoir du bas de Thorigny (deux lieues aller-retour à brouette ou en charrette pour les plus riches).

    L'éolienne de LA POSTOLLEAutre problème d'eaux: les épidémies diverses (1841, 1854 ...) ont causé de lourdes pertes. Celle de 1841 dura du 8 Aout au 1er novembre. Il y eu 120 malades et 13 morts sur les 310 habitants.  Le docteur Crou dans son rapport aux autorités, mit en cause la mauvaise qualité des eaux et celle du pain de seigle (ergot ? dysenterie ?) Les aspirations au progrès de cette fin du XIXe siècle florissant arrivent aussi dans nos campagnes reculées.

    Le conseil municipal dès 1890  va se mettre en quête d'un moyen moderne pour assurer la distribution communale de l'eau. Les recherches s'intensifient en 1896 avec l'aide de M. Tantôt, architecte à Sens. Parmi les solutions envisagées, le choix se porte sur la construction d'une machine éolienne de type Bollée du Mans N°1 pour un coût de 3400F (devis du 09/08/1897).

    Les transactions pour les achats de terrain seront plus longues que prévues, finalisées le  02/06/1898 pour 850F. La construction du lavoir , adduction comprise, sera adjugée à M. Coulon de Sergines pour 6100F. Le récapitulatif date du 15/05/1898 visé à la préfecture chiffrera la dépense totale à 12447F frais d'architecte compris.  Le Conseil municipal va recourir à l'emprunt de cette somme au Crédit Foncier de France pour 30 ans.

    L'éolienne et le lavoir seront finalement construits, la première alimentera en eau le second.

    Un arrêté du 15/11/1905 chargera le garde champêtre de sanctionner les propos malveillants tenus par les utilisatrices du lavoir.

    Un mécanisme astucieux

    L'éolienne de La Postolle c'est d'abord une turbine, ensemble d'ailettes   très seL'éolienne de LA POSTOLLErrées, fixées sur le "rotor" tournant dans une sorte de gros tube: le "stator" de façon à avoir un rendement maximum, bien meilleur que celui des moulins à vent fonctionnant sur le principe simple de l'hélice.

    Par un système d'engrenage, un arbre tournant à l'intérieur de la colonne centrale transmet le mouvement à  la pompe à eau remontant l'eau du puits vers le lavoir. Mais le plus original, c'est le système de régulation de la vitesse de rotation. Pour ne pas endommager l'ensemble par une vitesse excessive, la turbine se met progressivement "en drapeau" lorsque la force du vent est trop forte. Une roue d'orientation qui reste constamment effacée, dans le sens du vent grâce à un système de contrepoids, se met à tourner lorsque le vent est trop fort et fait pivoter l'ensemble de la turbine ce qui fait diminuer l'effet du vent sur le turbine.